Skip to content

Social

Voir l’agenda social

photo_agnes_abbe

Dès ses débuts, Agnès b. a proposé par ses actions personnelles, une vision du monde où la solidarité est un engagement sincère et réfléchi, s’opérant sur le temps, avec ténacité. Investir en faveur de la protection des populations les plus fragiles constitue pour elle un engagement durable et citoyen.

PARADOXES : aide aux adolescents en difficulté [france]

Créée en 2009, l’association ParADOxes rassemble des professionnels de divers secteurs (soins, éducation, prévention, culture…) travaillant auprès des adolescents.

ParADOxes propose un travail interdisciplinaire autour des questions, des difficultés et des paradoxes des adolescents. Cette structure offre avant tout un lieu de parole pour les adolescents, un accueil personnalisé pouvant proposer notamment des consultations et des traitements psychanalytiques gratuits.

A.j.c. : famille en difficulté [france, seine-saint-denis]

L’Association des jeunes Colombiers est une structure qui propose une maison d’accueil dédiée à la santé mentale des enfants et de leur entourage. Cette association réalise des animations et des actions de prévention en lien avec le réseau du Centre Médico-Psychologique de Pierrefitte.

ESPOIR : aide aux jeunes en décrochage social [france]

L’association ESPOIR se situe dans les domaines de l’action éducative pour les jeunes mineurs et majeurs, la protection de l’enfance et de l’adolescence, l’échec scolaire, la justice et l’accueil d’urgence. Reconnue d’utilité publique, elle est le lien entre l’usager, la famille d’accueil et le travailleur social.

Samuel bollendorff & amnesty international : entendre la souffrance sociale

« En France, entre 2011 et 2013, tous les quinze jours en moyenne, une personne s’est immolée par le feu sur la place publique. En France, le déni de ces actes de protestation ultime, traités comme de simples faits divers, condamne à l’oubli leur portée contestataire qui pointe le délitement du projet social français.

S’immoler publiquement, c’est convoquer la responsabilité s’une entreprise, d’une institution, d’un Etat. Le choix des lieux pointés par ces actes fait sens et constitue une part du message. (…) Ce qui est inédit, c’est que cet acte politique a gagné l’Occident démocratique et des pays où devraient exister d’autres moyens de se faire entendre que de prendre, en dernier recours, le peuple à témoin. »

« Comment rendre compte ? Nul besoin de donner à voir la violence d’une immolation pour être sensible à un tel événements, pour en percevoir l’onde de choc. Au contraire. Le calme et le vide des lieux nourrissent l’imaginaire de chacun. L’orchestration du déni figure l’horreur. »

Ce projet de Samuel Bollendorff restitue le vide de ces lieux, laissés sans trace, et les paroles de ces hommes et femmes, ou de leurs proches, restées sans écho.

social_2

“Le Grand incendie”, Tunisie © Samuel Bollendorff

social_3
Samuel Bollendorff a montré Le Grand Incendie aux Rencontres d’Arles, avant de le présenter pour la première fois à Paris rue dieu, au siège de la marque agnès b. www.legrandincendie.fr

Emmaüs.: solidarité sociale [france]

En partenariat avec le Fonds de Dotation agnès b., des tote bags customisés en direct ont été proposés à la vente au Salon Emmaüs 2016. Une fresque murale a également été réalisée par des personnes hébergées au sein des structures de l’association, avec l’aide des artistes Kraken et Vincent Chery du collectif RDLS.

Le secours populaire : lutte contre la précarité [france]

En France, le Secours populaire français intervient dans les domaines de l’aide alimentaire, vestimentaire, de l’accès et du maintien dans le logement, de l’accès aux soins, de l’insertion socioprofessionnelle, de l’accès à la culture et plus généralement de l’accès aux droits pour tous.

social_4
Le Secours populaire a organisé chez agnès b. rue Dieu, une vente de sacs, réalisés par les élèves de l’école Duperré.

La fondation, Abbé Perre : accès au logement [france]

Agnès a soutenu l’action de l’abbé Pierre dès son plus jeune âge et sa fidélité à cet engagement est sans faille depuis.

En 2013, le Fonds agnès b. a fait don d’une maison dans le Centre de la France, afin d’offrir un logement à des familles sans-abris.

À l’occasion du 60 anniversaire de l’Appel de l’abbé Pierre, en mai 2014, la Fondation a pris la route à la rencontre des jeunes, population particulièrement touchée par le mal-logement. Cette opération de sensibilisation, intitulée « Abbé Road », s’est déroulée tout l’été à travers les festivals de musique et a permis notamment de diffuser le Guide du logement des jeunes, édité par la Fondation Abbé Pierre. Agnès b. a tenu à s’associer à cette action en habillant les bénévoles : «Je suis confiante en la jeunesse d’aujourd’hui comme l’abbé Pierre l’était autrefois ; j’adore sa musique, le street art… tout ce que reprend Abbé Road. Je me sens proche de cet événement et trouve qu’il est vraiment beau. »

En 2016, le soutien d’Agnès a naturellement été renouvelé à la Fondation abbé Pierre qui oeuvre sans relâche pour faire face à plus de 3,8 millions de personnes souffrant de mal-logement ou d’absence de domicile personnel en France…

social_5
JonOne et son T-shirt Abbé Pierre © Léonard Bourgois-Beaulieu

Les petites pierres : ateliers d’artistes à la biennale de Dakar [SÉNÉGAL]

Les Petites Pierres est une association qui prend la forme d’un collectif pluridisciplinaire de chasseurs de talents, d’artistes, de concepteurs, promoteurs qui contribuent au bouillonnement de l’économie créative au Sénégal.

Active depuis 2005, ses actions s’inscrivent dans le paysage urbain de Dakar, ainsi qu’au siège de l’association, une maison d’artiste au cœur de l’underground dakarois, un lieu atypique, ouvert et perméable aux multiples flux créatifs de le ville, au centre du quartier populaire de Ouakam. Cet espace englobe un concept store, un espace culturel et des résidences. Il se présente comme un incubateur de projets, de rencontres et de création, un lieu où convergent de nouveaux regards et de nouveaux courants d’idées. Hors les murs, Les Petites Pierres s’engagent dans une démarche qui connecte l’art et le social, où le bien-être de la ville et ses populations est interrogé et lié à des interventions artistiques.