Skip to content

Entretien⎢UNICEF à Grande-Synthe

En 2016, Le Fonds de dotation agnès b. a soutenu les projets menés par UNICEF France, en partenariat avec Médecins du monde et La Croix rouge française, pour affronter la catastrophe humanitaire qui touche les camps d’exilés de Grande-Synthe. Nous avons posé 3 questions à François DUCHAMP, directeur du plaidoyer et de la communication à UNICEF France, pour connaître les impacts de cette intervention collective, sociale et humanitaire de grande nécessité.

terrasse plan large

ENTRETIEN

Quel était le but de l’intervention à Grande-Synthe ?

L’intervention psychosociale sur le camp de la Linière à Grande-Synthe répondait à plusieurs besoins identifiés en amont avec les associations partenaires. Les espaces d’accueil proposant des activités encadrées et garantissant des échanges plus confidentiels pour les mineurs non accompagnés et les familles manquaient cruellement sur le site. De plus l’accès à une information claire et audible était insuffisant. Le peu de structures permettant d’ établir le contact et la confiance entre les intervenants et les familles devenait particulièrement préoccupant à l’époque. Cette intervention avait donc comme objectif de combler ce vide et a très vite été validée par la mairie et le gestionnaire du camp. L’angle ludique de l’intervention psychosociale à destination des enfants vivant sur le site est également un critère important pris en compte dans l’intervention de Médecins du Monde et de la Croix Rouge.

IDEAS box

Quels partenaires étaient impliqués dans ce projet ?

Sur ce projet, l’UNICEF France a entamé les discussions avec les équipes de Médecins du Monde (MDM) sur l’opportunité de démarrer un projet d’intervention psychosociale. Celui-ci a pu se concrétiser avec le renfort de la Croix Rouge Française sur l’activité et la coordination entre ces deux acteurs. Cette intervention qui se poursuit aujourd’hui est d’autant plus importante que la population sur le camp de La Linière a quasiment doublé entre l’automne dernier et aujourd’hui, passant de 700 personnes à plus de 1350. 

Marion enfants aquarium

Quel a été le résultat de votre action ?

Cette action s’est concrétisée avec l’ouverture de la structure psychosociale au début de l’été 2016, une période où la population sur le camp se réduisait (entre 600 et 700 personnes). Au départ ce sont surtout les enfants qui ont été touchés, « naturellement » ils se sont dirigés ou ont été dirigés par leurs parents vers le lieu. La dimension ludique de l’intervention a grandement contribué à la qualité des activités et à la convivialité de l’espace. Les adultes de leur côté se sont rendus progressivement dans le local, principalement pour l’accès aux loisirs. L’intervention de MDM et la Croix Rouge a répondu à un manque clairement identifié d’activités occupationnelles sur le camp. Le développement de ce projet s’est fait en parallèle de la passerelle mise en place par la mairie et le gestionnaire du camp pour permettre d’inscrire les enfants dans les écoles de Grande-Synthe. Les deux dynamiques ont donc été complémentaires. Cependant le dispositif psychosocial a très peu touché les mineurs non accompagnés qui sont plus préoccupés par leur situation juridique. L’intervention se poursuit aujourd’hui et fait face à un défi important avec de nombreuses arrivées sur le site depuis décembre.

 


www.unicef.fr

www.medecinsdumonde.org/fr

www.croix-rouge.fr

 

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterEmail this to someone